« Dialogue des cultures, Culture du dialogue au Moyen-Orient » – 21 et 22 Mars 2013

Le colloque à été organisé par le Bureau de l’UNESCO à Beyrouth et le Bureau Moyen-Orient de l’Agence universitaire de la francophonie sous le Haut Patronage de son excellence le Président de la République Libanaise Le Général Michel Sleiman. Ces deux jours se sont déroulés à Beyrouth les 21 et 22 Mars 2013.

Le colloque avait pour but la mise en place d’un diplôme professionnel répondant aux différents besoins du Moyen-Orient et s’adressant autant aux étudiants en formation initiale qu’aux professionnels dans le cadre de la formation continue.
Cherchant à explorer les domaines où il est urgent d’agir, les principaux thèmes abordés furent :

  • La transformation et la résolution des conflits dans le pays et à l’international
  • Les zones de conflits les migrants et les réfigiés
  • L’Éducation à la Paix et l’Éducation de la Paix
  • La parité des genres et le statut des femmes
  • Le rôle des médias dans la promotion du dialogue interculturel

Le colloque s’est principalement adressé aux dirigeants, aux décideurs, aux chercheurs, aux universitaires et aux professionnels qui participent au dialogue au Moyen-Orient.

A la suite de ces deux journées, un groupe restreint d’expert se réunira le 23 Mars 2013 afin de réfléchir et de proposer les grandes lignes de ce nouveau diplôme.

Les interventions de Jacqueline BERGERON et de Ziad MEDOUKH

Lors de ces deux journées la Directrice d’Erasmus Expertise associée à Fady EL-HAGE, Doyen de la faculté des sciences de l’éducation à l’Université St Joseph de Beyrouth et le Responsable du département de Français à l’université Al-Aqsa de Gaza ont pu parler  sur des thèmes qui leurs sont chers.

Résumé de l’intervention de Jacqueline BERGERON et Fady EL-HAGE

« Pour une ingénierie créative au service des savoirs informels et d’une culture de dialogue en formation

Cette communication se situe dans le champ des sciences de l’éducation, elle trouve son assise sur une approche anthropopédagogique et s’attachera à la structure pédagogique du DU. Elle compte trois parties : L’évolution de la formation dans le cadre des politiques de formations tout au long de la vie, cadre dans lequel s’inscrit le DU ; La place des savoirs informels au sein des environnements multiples d’apprentissage que constituent les différentes cultures; Les nouvelles ingénieries pédagogiques fondées sur l’approche par compétences, instaurant une culture du dialogue en formation.

Les politiques de formation admettent désormais que l’apprentissage se déroule sur toute la durée de la vie. Cette approche de la formation se rattache aux évolutions sociétales et à des contraintes de mondialisation de la connaissance. Elle implique une profonde modification de la fonction du « savoir », du statut de la connaissance et nécessite de prendre en compte une multitude d’environnements d’apprentissage au sein desquels se construisent des savoirs informels qui trouvent maintenant leur place dans les dispositifs de formation. La formation tout au long de la vie interpelle ainsi la problématique d’apprentissage lié à l’expérience des individus, les institutions en charge de former ont à répondre à ce nouvel ordre de savoir.

Cette approche formative marque ainsi un renversement de perspective par rapport à une démarche classique de l’apprentissage. Les savoirs informels et non formels s’expriment sur des terrains d’expression divers, celui des culture constitue un terreau particulièrement propice à leur émergence. Comment les identifier? Comment les valoriser et les reconnaitre? Quelle place leur donner dans les parcours formatifs? Quels sont les impacts de ces savoirs sur la trajectoire de vie et plus largement sur le socialisation des groupes? Des enjeux de différents niveaux émergent de ces apprentissages, il convient de les identifier.

Étudiée au prisme de ces enjeux, la formation constitue un levier au service du dialogue entre les cultures.

En introduisant le dialogue en formation comme vecteur d’identification et de valorisation des savoirs institutionnels, les ingénieries pédagogiques centrées sur l’approche par compétences ouvrent la voie vers un apprentissage plus démocratique. Cela implique que les dispositifs de formation soient conçus avec une approche réflexive appuyée sur les récits de vie, l’expérience, l’autoformation comme principales composantes pédagogiques et s’inscrivent sur toile de fond transdisciplinaire. »

Résumé de l’intervention de Zaid MEDOUKH

« Éducation à la paix en Palestine. L’exemple et l’expérience du Centre de la Paix de l’Université Al-Aqsa, Gaza-Palestine

Présenter le contexte dans les territoires palestiniens, à Gaza, comme en Cisjordanie, avec l’absence de perspective pour l’avenir. Montrer l’importance de l’éducation en Palestine, est devenue une forme de résistance par la non-violence et un signe d’espoir. Selon les estimations de l’UNESCO de mars 2012, le taux de scolarité y dépasse les 94% et cela en dépit de toutes les difficultés rencontrées sur place.

Zaid MEDOUKH expliquera les intérêts de la création du Centre de la Paix en présentant ses objectifs, ses activités. Il témoigne du rôle du département de français dans la création  de ce centre. Tout en insistant sur l’importance de l’existence du Centre dans l’éducation à la paix et sur ses perspectives. »

 

Comments are closed.

OUVRAGE A LA UNE

Le numérique au service des travaux pratiques, enjeux et perspectives

Cet ouvrage présente les résultats du projet EXPERES (du programme Erasmus+ de la commission Européenne) par lequel les partenaires du consortium ont élaboré une plateforme numérique intégrant la scénarisation de Travaux Pratiques de Physique pour les étudiants de licence professionnelle des universités Marocaines. Les partenaires européens ont apporté leur soutien par leur expérience pour construire la plateforme, élaborer les Travaux […]

EVENEMENTS A VENIR
<< Août 2019 >>
lmmjvsd
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1